News


Quelques mots d'Histoire avant de nouvelles constructions dès 2014 ...

Publié le 18/02/2014

L'histoire de notre école.

19February2014-114436

Au début du XXème siècle, Herstal constitue un noyau industriel de plus de 20.000 âmes. Il n'y existe aucun centre d'enseignement catholique pour garçons. Dès son arrivée, le nouveau curé de la paroisse Saint-Lambert, l'abbé J. Bodson, soutenu par quelques fidèles, cherche à remédier à cette lacune. Ayant pu rassembler 25.000 francs, il présente le projet à l'évêque, Mgr Martin – Hubert Rutten qui l'approuve. Nous sommes en 1908.

Au cours des années 1909-1910, les murs des premières classes s'élèven sur un terrain offert par la famille Sepulchre. Le projet prévoit l'implantation d'une école primaire pour garçons qui sera dirigée par des Frères. Mais ces derniers, ne pouvant faire face à leurs engagements, renoncent. Le curé de Saint Lambert en informe aussitôt Mgr Rutten et, de le concertation, découle une décision inattendue : l'évêque transforme l'école en un établissement diocésain. Les nouvelles constructions vont héberger des classes primaires ; les locaux du cercle paroissial accueillent les premiers élèves d'humanités et l'école moyenne. Ainsi de l'institut Saint-Lambert, Mgr Rutten vient de fait de faire un collège épiscopal.

L'Evêché désigne comme premier directeur l'abbé Pierre Lambrecht, alors professeur de mathématiques au Collège Saint-Hadelin de Visé. Il est secondé par deux autres prêtres, comme professeurs et trois laïcs comme instituteurs. La première rentrée a lieu le 22 septembre 1910 et déjà les locaux se révèlent insuffisants pour les 139 élèves : 113 en primaire, 16 pour les moyennes, 10 pour la sixième latine. Le 10 octobre suivant, on instaure le cours industriel du soir, dont le premier président est le directeur de la Fabrique Nationale, A. Andri. Ce cours est bientôt complété par une section commerciale. Un an plus tard, il faut déjà dédoubler les trois primaires, créer une deuxième moyenne et une cinquième latine. Mais l'espace manque. La surpopulation des classes dans des bâtiments trop exigus sera une constante dans toute la vie de l'établissement. C'est que le succès va grandissant et au début de 1913, la population scolaire est de 260 élèves, près du double de 1910.

En 1917, une section de mécanique est créée, puis transférée à Liège pour donner naissance, en 1919 à l'institut Saint-Laurent. En 1930, les autorités diocésaines, voulant faciliter la fréquentation d'une école professionnelle catholique pour les apprentis du nord de Liège, implantent une section de Saint-Laurent conjointement à l'Institut Saint-Lambert. Dès la première année, c'est le succès pour le nouvel institut Saint-Laurent avec 45 inscrits. En 1938, l'abbé L. Falmagne, directeur de Saint-Lambert, obtient la dénomination de Collège Notre-Dame et Saint-Lambert afin d'honorer la vierge Marie qui venait de se manifester à Banneux.

18February2014-152847

En 1941, le cycle complet des études gréco-latines est réalisé. En 1962, les Soeurs de l'Enfant Jésus, venant de Wandre, installent, près du collège, ce qui devient le Lycée Notre-Dame. Les années 70 voient l'introduction progressive de la mixité et l'adoption du rénové. En 1981, création du Centre d'Enseignement Seconde Catholique de Herstal qui regroupe :

  • le Degré d'Observation Autonome : 1° degré.

  • Le Collège Saint-Lambert : 2° et 3° degrés de l'enseignement général.

  • L'Institut Saint-Laurent : 2° et 3° degrés de l'enseignement qualifiant.

En 2000, le collège Saint-Lambert et l'institut Saint-Laurent fusionnent.

18February2014-152944

18February2014-153118

18February2014-153216

04June2014-092735

 

<< Retour